Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettre dinformation n°48. hi... > lettres d'information > la chavannée fait danser à l'opéra
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

La Chavannée fait danser à l'Opéra

Né dans les années 70 dans l'Allier, le groupe « La Chavannée » propose un travail exemplaire de réinterprétation des traditions musicales rurales du Bourbonnais. L'une des activités de prédilection de La Chavannée est l'animation de bals traditionnels. Ils seront le dimanche 16 mars à l'Amphithéâtre de l'Opéra national de Lyon pour un bal consacré aux bourrées, valses et scottishs caractéristiques de leur répertoire. Entretien avec Frédéric Paris CMTRA : Le groupe La Chavannée, une référence pour le renouveau de la musique traditionnelle du centre, est beaucoup plus qu'un groupe musical, quelles sont les autres activités de l'association La Chavannée?

Frédéric Paris : La Chavannée se définit elle-même comme groupe de recherche et d'expression paysanne , ce qui couvre des domaines aussi divers que le parler, la cuisine, l'architecture, la batellerie, la musique, la danse... Ces deux dernières activités sont évidemment les plus visibles. Quelles sont les caractéristiques des répertoires traditionnels pour la danse du Bourbonnais et du Centre?

Une des caractéristiques majeures ne surprendra personne : il s'agit de la bourrée. Les airs de danses ont été recueillis au XIXe et au XXe. Nous disposons maintenant d'un corpus mélodique intéressant, en particulier pour les bourrées à deux temps, couvrant le Berry, le Nivernais, le Bourbonnais et la Basse-Auvergne. Les chansons pour les danses en rond sont également très nombreuses. Nous chantons souvent des ronds dans les bals. Quelle est la part de création dans votre répertoire musical ?

Pour ce qui concerne la musique de danse, il s'agit souvent d'adapter un répertoire vocal à une pratique instrumentale. La voix reste présente, mais certaines modifications sont imposées par l'accompagnement à l'accordéon, par exemple.

C'est aussi une affaire de goût. On préfère certaines tournures mélodiques, certains modes. Quant aux compositions actuelles, nous les mêlons avec le souci de les fondre dans la "pâte" générale. Y-a-t'il un phénomène de création pour la danse de même nature que pour le répertoire musical ?

Cela arrive parfois, mais c'est plus rare. Nous avons assisté, un samedi soir parmi tant d'autres à Embraud, à une vraie trouvaille par des danseuses, lors d'une bourrée improvisée.

La musique - comme toujours ici - a guidé les filles vers une forme simple et bien adaptée à la découpe de la mélodie (elle s'appelle A bord mon bel enfant dans notre disque Bateau Doré). C'est devenu une bourrée en rond dansée dans tous nos bals. Dans vos derniers CD vous laissez une grande place à la chanson, pourquoi cette orientation?

C'est l'évolution logique d'un goût pour la chanson, depuis toujours. Nous portons une attention plus soutenue aux textes et les arrangements les prennent en compte. Nous savons que la voix touche chacun d'entre nous au plus profond.

Le répertoire est immense (pensons à la collecte Millien). Notre pratique du chant passe par la scène, mais c'est une toute petite partie. Le plaisir du chant commence autour d'une table et de quelques verres. A Embraud comme ailleurs, nous goûtons parfois de ces moments fragiles, éphémères et intenses à la fois. Quel sens donnes-tu au fait de pratiquer ces répertoires dans ces années où l'on voit se multiplier les métissages et hybridations culturelles?

J'aime bien cette phrase d'Olivier Durif qui dit qu'en mélangeant toutes les couleurs, on obtient du gris ! Cela dit, je ne me pose pas ce genre de question. Il y a place aujourd'hui pour des expressions fort différentes. La nôtre n'est pas très médiatisée, est-ce bien important pour nous ? Notre préoccupation est très simple : améliorer notre musique, tranquillement. Quel avenir vois-tu pour les musiques et danses traditionnelles régionales au XXIe siècle?

Il me semble que toutes les conditions sont réunies pour avancer sereinement dans ce siècle nouveau. La connaissance et la maîtrise ont progressé.Tout est possible, maintenant. Propos recueillis par J.B Contact

La Chavannée , bal traditionnel du Centre, dimanche 16 mars, Amphithéâtre de l'Opéra de Lyon, La Chavannée : Embraud, 03320 CHÂTEAU SUR ALLIER

Tél : (033)-(0)4-70-66-43-82

[frederic.paris@lachavannee.com->frederic.paris@lachavannee.com] / [www.lachavannee.com ->www.lachavannee.com]


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75