Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettres d'information > lettre dinformation n°48. hiver 2003 julien...
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Lettre dinformation n°48. Hiver 2003 Julien Tiersot (1857-1936)
ou l'invention des musiques du monde

S'il faut parler de précurseur, Julien Tiersot, né à Bourg-en-Bresse en 1857, en plein second Empire, rempli toutes les conditions pour qui se questionne à propos des 'musiques du monde' en ce début de XXIe siècle. Julien Tiersot, musicien, musicologue érudit, compositeur, spécialiste de l'histoire de la musique, c'est-à-dire de la musique savante occidentale, et de la musique 'populaire', vit avec passion, en 1889, un choc culturel. Il vient, à trente-deux ans, de publier son 'Histoire de la chanson populaire en France (1), dans laquelle, puisant dans les nombreux ouvrages d'autres auteurs déjà disponibles édités à la suite de collectes métropolitaines, il développe une mise en perspective toute musicologique des origines supposées savantes ou spontanément populaires des répertoires collectés dans les régions métropolitaines. Les controverses et polémiques sur le sujet vont l'accompagner longtemps, avec plus ou mois de bonheur dans ses intuitions, quand il concrétise sa soif de comprendre la musique comme art universel en assistant aux représentations, au Pavillon des danses de Java, lors de l'Exposition de 1889 à Paris, d'un ensemble musical javanais. Interpellé par la complexité du système musical produit par cet ensemble, il décide d'en faire la transcription, aussitôt publiée (2).Si ses abondants écrits témoignent de son inscription dans les débats de son époque, l'ethnocentrisme occidental, les nationalismes exacerbés, le projet de classer les cultures par ordre de valeur et le colonialisme triomphant, il pose les idées pionnières de ressourcement de l'art savant auprès des 'mélodies populaires' et le projet fondateur de compréhension des cultures musicales exotiques comme ouverture à la dimension universelle de l'humain.Dès lors, il alternera les recherches de terrain, Canada, Alpes françaises, et bien sûr les rencontres musicales offertes par les Expositions Universelles avec les publications et controverses quand à la description musicologique, la valeur artistique et l'origine historique des musiques issues de cultures différentes. En sus des traditions régionales françaises, il aura abordé de manière plus ou moins approfondie les musiques javanaises, japonaises, chinoises, indochinoises, indiennes, arméniennes, d'Asie centrale, arabes, (3) les répertoires des communautés noires de Louisiane et indiennes du Canada. Ce qui fait de ce rhônalpin de naissance un des précurseurs de notre ethnomusicologie moderne, et un des inventeurs de l'intérêt du public occidental pour les 'musiques du monde'. Que nous reste-il de son travail ? Une bibliographie touffue, une certitude quand à sa curiosité permanente, son appétit de compréhension des systèmes musicaux autres, et un doute sur ses convictions philosophiques, lisible en permanence dans ses écrits.Laissons la parole à un homme-musicien né dans la seconde moitié du XIXe siècle, dans sa candeur ethnocentriste, ses excès et son intuition universaliste mélangés. "L'histoire de la musique, à la fin du dix-neuvième siècle, a fait de notables progrès. Elle ne sera point achevée avant que, étendant son champ d'action, elle ait compris dans son domaine l'étude des musiques extra-européennes. La musique des peuples éloignés par l'espace n'a-t-elle pas les mêmes doits que celle des peuples éloignés par le temps ? Si différente qu'elle soit, n'est-elle pas, comme l'autre, une manifestation de la nature humaine, et, à ce titre, ne mérite-t-elle pas de fixer notre attention ? Ce n'est évidemment qu'après l'avoir étudiée que nous connaîtrons le génie musical de l'homme tout entier : sa place dans nos travaux est légitimement et nécessairement marquée". Ces extraits de la préface des Notes d'ethnographie musicale ne constituent qu'une infime partie des textes que nous a légué Julien Tiersot. Entre autres héritages, les rhônalpins ne peuvent qu'être sensible à l'ouvrage monumental paru en 1903, « [Chansons populaires recueillies dans les Alpes françaises->article242] » (4) aboutissement d'une longue enquête débutée en 1895, et qui aura duré cinq ans. Les paroles et mélodies, recueillies par Julien Tiersot, ou, comme il le mentionne très précisément, par des informateurs intermédiaires, constituent un véritable trésor par l'abondance et la diversité des thèmes poétiques des textes, mais surtout par la précision de la notation musicale. À l'occasion du centenaire de la publication de ce recueil, le Centre de Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes a sollicité auprès de personnes chanteuses et musiciennes la ré-interprétation et l'enregistrement, un siècle après, de quinze chansons choisies dans cet ouvrage. Rendez-vous en 2003 pour entendre à nouveau ces mélodies centenaires.

Jean Blanchard



[Ecouter des extraits de l'Atlas Sonore "Chansons populaires recueillies dans les Alpes françaises"->article242]



1) Histoire de la chanson populaire en France 1889, Paris, Plon. réimpression en 1972 par Minkoff Reprint.

2) Promenades musicales à l'exposition, Les danses javanaises, Paris, Le Ménestrel, 1889

3) Notes d'ethnographie musicale, première série, Paris, Fischbacher, 1905

4) Chansons populaires recueillies dans les Alpes françaises (Savoie et Dauphiné) , Grenoble ;, 1903, Réimpression Laffitte Reprints 1979


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75