Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettre dinformation n°48. hi... > lettres d'information > les musiques du monde au radiant
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Les musiques du monde au Radiant

Entretien avec Alain Duret CMTRA : Alain Duret, vous êtes administrateur et chargé de production pour les musiques actuelles au Radiant, l'équipement culturel dirigé par Gérard Guipont à Caluire-et-Cuire, ville située au nord de Lyon. Depuis plusieurs saisons, vous proposez des concerts de musique du monde. Qu'apportent ces musiques dans votre programmation ?

Alain DURET : Au Radiant, nous nous efforçons de faire des propositions diverses, qui répondent, nous l'espérons, aux aspirations des différents publics de Caluire. Les musiques du monde sont abordées au même titre que d'autres musiques, le jazz ou la chanson, par exemple.

Nous programmons entre trois et cinq concerts de musiques du monde, selon les saisons. Ces concerts se déclinent dans deux formes différentes. Nous disposons au Radiant de deux salles, une grande salle modulable, de 400 à 1100 places, et une seconde, la salle Camaïeu, d'une centaine de places, plus intimiste. Nous avons accueilli cette saison Riccardo Tesi et les B'Net Houariyat, dans Le cadre de notre manifestation "Les Escales". Cette idée fonctionne sur des découvertes, car elle crée pour le public une approche large des musiques du monde.

Nous avons reçu en décembre Tekameli, un groupe de Gitans Catalans de Perpignan, et Zip Code 2025, qui propose une musique country et bluegrass revue par une équipe de Rhônalpins. Enfin, nous accueillons en janvier le trio d'Adel Salameh et Naziha Azzouz. Le Radiant est un partenaire actif du réseau « Suivez le Jazz », qui regroupe huit salles et équipements de l'agglomération. Quels sont les objectifs de ce réseau, et pourrait-on transposer ce type d'action aux musiques du monde?

Après un travail informel, en collectif, l'association a été fondée en 1991. L'idée de départ était, pour les structures de la périphérie lyonnaise, de se réunir sur un projet fédérateur. La DRAC nous avait suggéré d'imaginer un axe qui puisse nous donner une identité forte. Nous avons estimé à l'époque que le théâtre était largement défendu, la musique classique bien présente, alors qu'en jazz, les concerts étaient plutôt clairsemés, sinon inexistants. Comme chacun développait des actions autour du jazz, le choix s'est fait sur cette musique, sur un axe de diffusion avec une trentaine de concerts organisés sur la saison par les huit structures adhérentes, mais aussi, et c'est ce qui nous réuni le plus, sur une ligne de soutien à la jeune création régionale.

Avec un tremplin « Suivez le jazz », où l'on repère six projets de jeunes artistes, nous apportons au « meilleur » une aide sur le plan de l'accompagnement logistique, sur la communication, et l'édition d'un premier album. Les musiciens de jazz aiment rencontrer des pointures, des spécialistes reconnus. On leur offre la possibilité de faire un enregistrement sous la direction artistique d'un musicien dont ils ont envie de se rapprocher. Récemment, il a été question d'envisager quelque chose de ce type pour la chanson, alors pourquoi pas pour les musiques du monde. Le modèle n'est pas forcément reproductible pour tous les genres, mais au fil des années, une dynamique se crée en réseau, et après onze ans nous en recueillons les fruits. L'idée de départ était de faire circuler les artistes, mais aussi de faire circuler le public dans les structures de la périphérie. Finalement, et même si le démarrage a été long, ça marche.

Le public jazz est un public nomade, pas forcément attaché à une structure, capable de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour aller voir un concert. J'imagine que le public des musiques du monde est également ouvert et disponible. Si un projet de ce type autour des musiques du monde se met en place, je suis partant. Il faut repérer les structures qui travaillent sur cet axe, et réfléchir ensemble. Est-il possible pour l'équipe du Radiant de faire à ce jour un bilan sur les opérations de programmation de concerts de musiques du monde pour ces dernières années ?

On a un peu plus de dix ans d'existence et déjà une histoire. Nous avons accueilli les Percussions de Guinée, le Mystère des Voix Bulgares, Césaria Evora, le Quarteto Cedron, des concerts proposés par le festival Africolor, la Nuova Compania di Canto Popolare, Sharon Shannon, Liam O'Flynn, le Taraf de Haïdouks, les Kamkars du Kurdistan iranien, les Polyphonies de Ligurie, la Novem (polyphonies du Béarn), Yann-Fanch Kemener, et bien d'autres. À l'avenir, j'ai envie de développer, à la faveur des rencontres que j'ai pu faire dans le cadre du festival Région en Scènes, des soirées autour des musiques du monde dédiées aux productions régionales.

Tout est à étudier, mais il est certain qu'il y a foison d'artistes dans cette région. La formule cabaret est intéressante à creuser, notamment autour de l'idée de rencontre entre un groupe qui travaille en région, et un instrumentiste soliste, avec une période de répétitions pour concrétiser musicalement cette rencontre dans l'idée de métissage.

J'aimerais bien travailler dans ce sens. Propos recueillis par J.B. Contact

Le Radiant, 1 rue Jean Moulin, 69642 Caluire-et-Cuire

Réservation, renseignements : 04 78 23 84 02

Adel Salameh et Naziha Azzouz, en concert jeudi 30 et vendredi 31 janvier au Radiant


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75