Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettre dinformation n°48. hi... > lettres d'information > les jeunes pousses
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Les jeunes pousses

Drôle de groles

Au départ, Drôle de groles, c'était trois copines issues de l'association La Grabotte à Saint-Etienne. Elles s'étaient rencontrées au détour des bals du coin et avaient décidé de se retrouver pour jouer ensemble. Elles s'appelaient les « 3 Ma », à vous de deviner pourquoi ! Comme c'était contagieux, la petite s'ur s'y est mise et a rejoint la formation.

Petit à petit, au travers des bals, festivals, mais aussi de concours (Désertines, Gannat), le groupe s'est réellement soudé et a approfondi un répertoire pour bals et concerts, agrémenté de compositions personnelles. Les chemins de ces musiciennes venant à la fois du traditionnel et du classique, on peut retrouver dans leurs arrangements des influences diverses.

Entièrement autonomes, elles jouent comme elles le sentent, mêlant leurs sensibilités féminines. Vous pourrez les retrouver dans des manifestations de la région stéphanoise, et pour les reconnaître, il y a un truc : si vous voyez une colonie de chaussures multicolores, il y a de bonnes chances que cela soit elles.

Alors approchez-vous et vous verrez sûrement Marion, la vielleuse orange, accompagnée de Claudie, la harpiste vêtue de bleu, Marion, la cornemuvioloneuse qui évolue en jaune, et Marie, à l'accordéon, qui est rouge de la tête' aux pieds. Contact :

Drôles de groles Chez Mlle Monnier Marie

04 77 32 60 05 /

[droledegrole@hotmail.com->droledegrole@hotmail.com]

[http://site.voila.fr/droledegrole->http://site.voila.fr/droledegrole]

Prochaine date : Le 29 mars 2003, St Igny de Roche (71), bal folk avec Drôle de groles



(duo)

(duo) a été créé à la galerie Agend'Arts sur le plateau de la Croix Rousse en décembre 2001. Comme nous sommes tous les deux des amoureux du son, c'est d'abord l'alliage sonore de ces deux instruments extrêmes, l'un grave, l'autre aigu, qui a été le premier déclencheur de cette envie d'un vrai projet musical en duo.

Un gros instrument à cordes, un petit instrument à vent' Le challenge est qu'il ne doit jamais en manquer un troisième à l'auditeur, qu'il soit rythmique ou harmonique. Il y a donc un gros travail sur les sonorités : la contrebasse est jouée à l'archet, aux doigts, à la mailloche et au médiator ; la flûte peut avoir un son pur, soufflé, slappé ou chanté.

Nous avons ainsi travaillé sur un répertoire de compositions, dans une formule concertante où l'écoute est reine, en tissant une multitude de paysages sonores dans lesquels nous tentons d'emmener le public avec nous.

Pour cela, nous avons tout naturellement travaillé avec nos propres bagages musicaux, que ce soit le classique, le jazz ou les musiques traditionnelles. Le répertoire est donc très mélodique, très écrit, et en même temps ponctué de nombreuses improvisations. Il est très important pour nous que le public n'entende pas une flûte accompagnée par une basse, mais bel et bien un véritable duo où les deux instruments sont sur le même plan.(duo) est pour nous un projet très engagé, une véritable introspection musicale de ce que nous sommes aujourd'hui : deux musiciens au carrefour d'une multitude de styles musicaux. Jérémie Mignotte : flûte traversière

Estelle Amsellem : contrebasse Contact :

Estelle Amsellem : 04 78 27 01 80 / 06 22 92 26 96

[estelle.amsellem@free.fr->estelle.amsellem@free.fr]



[Lu matrü]

[Lu matrü] est né au printemps 2001, après plusieurs années à pousser la chanson ensemble à l'occasion de fêtes et autres moments improvisés et suite à un travail de collectage dans les Monts du Lyonnais autour des chansons en patois.

L'idée de départ était de réinterpréter ces chansons en langue francoprovençale, recueillies par nous-mêmes ou par d'autres musiciens ou collecteurs, et de leur donner ainsi une nouvelle vie.

Dans [lu matrü], nous sommes trois musiciens, investis par ailleurs dans d'autres projets musicaux : le groupe Bistanclaque pour Eric et Reno et le chant de son pays d'origine, l'Argentine, pour Yaël. Ils nous a paru intéressant de confronter notre pratique musicale à cette langue méconnue et à ce répertoire, à partir de cette idée de transmission où les matrus (les gamins en dialecte lyonnais) se réapproprient ce que de plus âgés leur ont confié.

En dehors de cet aspect local, les mélodies des chansons ainsi que la musicalité de la langue en elle-même représentent une source d'inspiration et une matière propre à faire travailler différents imaginaires. C'est dans cette perspective que nous avons également intégré dans notre répertoire des chansons d'autres espaces linguistiques limitrophes (italien, occitan, français, piémontais).

Notre travail de création autour de ces répertoires traditionnels est essentiellement vocal, polyphonique et acoustique, avec des accompagnements à l'accordéon et aux tambourins. C'est donc l'aspect festif et convivial qui caractérise notre interprétation, même si nous souhaitons aujourd'hui travailler également la scène qui nous permettrait de développer l'aspect plus intime de certaines chansons. Contact :

Tel : 04 78 29 43 87

[bistanclaque@free.fr->bistanclaque@free.fr]



Le Tram des Balkans

Le Tram des Balkans : à ne pas confondre avec le "Bus des Carpates", explore un répertoire Klezmer, une musique liée aux communautés juive de la diaspora d'Europe de l'Est : certains airs sont assez proches de l'esprit qui anime la liturgue, d'autres, plus festifs, sont avant tout des danses. C'est une musique très expressive, tour à tour gaie et triste, grave quelques fois, et qui fait la part belle à l'expressionnisme des instruments et des voix, par une alternance rapide de climats émotionnels.

Le groupe s'appelle Tram des Balkans pour donner une idée de partage et de voyage Est-Ouest, mais à notre échelle' et à notre vitesse ! A bord, deux violonistes, Liz Moscarola et Diego Meymarian, un clarinettiste, Vincent Westphal, un accordéoniste, Vincent Gaffet, et un contrebassiste, Guillaume Viltard. Chacun, avec sa sensibilité, a apporté diverses influences (swing, musique tzigane, improvisation vocale et instrumentale).

Parce que nous sommes venus à cette musique par goût, et non par culture, il serait exagéré de prétendre perpétuer une tradition : nous cherchons simplement à la prolonger dans ce qui fait sa force et sa vitalité, sa grande humanité. Ce qui permet, l'air de rien, de jouer quelques compositions aux allures de vrais faux airs traditionnels. Contact :

Vincent Westphal, 04 78 50 99 48

tram.balkans@free.fr



Les Truies à Lunettes La fausse interview des Truies Q : Mais au fait, les « Truies à lunettes », pourquoi ce nom racoleur ?

R : Ouais, c'est vrai qu'on cherchait un nom bien vendeur. On a hésité entre « The Truies Celtiques » et « Où sont mes lunettes », et finalement, après de longues réflexions avec notre agent, on a opté pour un bon compromis entre les deux.

Finalement, c'est mieux car c'est pas du celtique notre musique.En plus, dans le groupe on est trois, et les Truies, c'est porteur. Q : Et comment est né le groupe ?

R : Et ben d'abord, on est vraiment des super potes, et ça, ça compte vachement pour un groupe. Autant au niveau musical, on se comprend à mort, autant au niveau humain, on vit des trucs trop forts tous les trois, et ça, le public le ressent. Ensuite, on s'est dit : un diato, un violon, et une flûte : pourquoi pas ? On trouvait ça vraiment sympa comme défi. Les Truies sont donc nées comme ça, il y a un peu plus d'un an.

Ce n'est qu'après qu'on a eu l'idée d'ajouter la guitare, ce qui ajoute encore à l'originalité de notre formation. Q : Et votre style de répertoire, c'est compo ou trado ?

R : Pour l'instant, on joue des compos de tous les trois. Ce sont des airs composés pour la danse. Tous les arrangements sont faits collectivement, en essayant de bien valoriser chacun des instruments. Notre petite formation permet cela. Q : Vous jouez beaucoup ces temps-ci ?

R : Oh oui ! On vient de faire plusieurs dates en décembre. En 2003, on va jouer le 14 février à l'Adaep à Grenoble (38), le 26 mars au Bec à Sons à Couzon au Mont d'Or (69). Après tout ça, on va pouvoir se retirer un peu pour composer de nouvelles mélodies, et s'occuper un peu de nos petites familles. Q : eh ben les Truies, bonne chance !

R : Euh, merci. Daniel Gourdon : violon

Benjamin Emeriaud : flûte à bec et guitare

Lucile Brisset : accordéon diatonique Contact :

Benjamin 04 79 60 47 46

[truies@free.fr->truies@free.fr] - [http://truies.free.fr->http://truies.free.fr ]


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75