Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > ressources > le pays entre loire et rhône > le canton et les routes
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Le canton et les routes

LE CANTON :

A quelques encablures de Lyon, si l’on se déplace du côté du couchant après avoir franchi les Monts du Lyonnais, en direction de Roanne, on découvre un charmant pays de vallées et de crêtes aux divers paysages de petite montagne.
Ce canton est appuyé sur la dernière dorsale Ouest des Monts du Beaujolais, qui s’achève sur les bords abrupts de la Loire.

Il est à l’Ouest limité par ce grand fleuve en un site exceptionnel. En effet, en 1977, un grand chantier de sauvetage a été ouvert à l’emplacement du barrage en construction. Ces fouilles ont fait sortir un campement fixe, presque un village, construit 25 000 ans plus tôt, peu avant le Solutréen.
Quand les eaux étaient basses, les hauts fonds rocheux permettaient aux troupeaux de bisons, de rennes et de chevaux de se déplacer d’une rive à l’autre de la Loire lors de leurs migrations saisonnières.
L’un des plus anciens villages d’Europe avec ses grottes, ses outils, fresques, pendeloques et plaquettes de schiste est donc aujourd’hui enfoui sous les eaux du barrage de Villerest, qui baignent les communes de Cordelle, Saint-Cyr-de-Favières et Saint-Priest-la-Roche.

Au nord, l’Abbaye bénédictine de Pradines appuyée sur la vallée du Rhins semble dominer le canton. Fondée en 1804, c’est en ses murs que se réfugia Laëtitia, la mère de Napoléon en compagnie de son frère le cardinal Fesch, en 1814.

Au Sud, comme sur une frontière naturelle fournie par le plateau s’étend le Seuil de Neulise et le bourg lui-même, fondé par les Gaulois puis devenu garnison romaine (Novalisio). Il est la dernière étape géographique avant l’entrée dans le Forez historique.
A 555 mètres, sur la RN 82 qui relie Paris à la Côte-d’Azur, nous nous trouvons en l’un des points les plus élevés du canton. De là se dessinent au ponant les sommets enneigés des Monts du Forez et Pierre sur Haute ainsi que l’étendue paisible de la plaine qui ceinture la Loire.

Enfin, si l’on se tourne vers l’Orient, vers ses montagnes, nous découvrons le Col du Pin Bouchain (760 m) où se trouve un tumulus défini par les uns comme une tombe burgonde et par les autres comme une tombe féodale, ainsi qu’un relais de poste célèbre.
En effet, Napoléon est passé par là et l’on a d’ailleurs élevé un buste à sa mémoire. Les gens d’ici ne sont pas près d’oublier l’histoire de Sophie Vallier qui déguisée en homme se change en postillon pour conduire l’empereur après lui avoir fait payer des ufs à un prix très élevé. Le futur exilé de Sainte-Hélène aurait déclaré : je me suis fais berner deux fois."

Nous sommes là dans l’arrondissement de Roanne, dans un canton de 25 000 hectares aux terrains acides. Un grand plateau à l’altitude moyenne de 400 à 600 mètres étale en son relief les croupes d’innombrables collines.
Ici se situent les "Marches" du Beaujolais.

Avant la Révolution Française, Saint-Symphorien appartenait d’ailleurs à la Province de Beaujolais.
Ce petit pays riche de 16 communes s’étirait autrefois autour de son ancienne capitale : Lay. Cette dernière, poste militaire romain était la quatrième prévôté du Beaujolais et le siège d’une châtellenie. Elle est la patrie du poète Joseph de Berchoux et des frères Prost, inventeurs du régulateur monté sur les milliers de métiers à tisser.

Son assise féodale et ses remparts font de Lay un joyau du canton.

Mais d’autres lieux prestigieux et chargés d’histoire parsème les vallons. De nombreux châteaux se dressent aux bords des rivières et sur les côtés. Le château de Saint-Priest-La-Roche quant à lui paraît surgir comme en un conte des eaux de la Loire. Nous citerons également La Forez, Verdier, Sarron et l’Aubépin.

Outre l’Ecornu et le Bernand, deux rivières descendent des monts du matin : le Rhins au Nord où la commune de Saint-Victor marque le début d’une vallée magnifique resserrée et escarpée en amont, bordée de chapelles comme la fameuse Naconne et de moulins en aval.
Le Grand au Sud passe sous le viaduc de Saint-Symphorien, avant d’aller dolent poursuivre sa course à travers les vallons. Dans sa vallée passait l’un des premiers chemins de fer de France.

LES ROUTES :
L’histoire et la géographie locale sont marquées par les axes de communication. De l’Ouest vers l’Est se sont succédées depuis des temps immémoriaux les anciennes voies rejoignant la capitale des Gaules. Cette route principale plus tard nommée le Grand Chemin d’Italie, deviendra voie royale, puis voie impériale. C’est aujourd’hui la Nationale 7, qui culmine au Pin Bouchain.
Du Nord au Sud se dessine la RN 82, "la route bleue" qui emprunte la fameuse côte de Vendranges pour culminer sur le plateau, au Seuil de Neulise. Ces voies et routes sont probablement à l’origine de l’ouverture d’esprit des habitants et de la variété des langues locales.



logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75