Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > ressources > lettre d'information n° 69 > publications
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Publications

GIOVANNA MARINI

Ignazio Macchiarella et Giovanna Marini Actes Sud – ISBN : 978-2-7427-6468-6 Cet imposant ouvrage publié chez Actes sud est dédié à la vie et à l’oeuvre de Giovanna Marini, l’une des plus importantes figures de la recherche et de la réinterprétation des chants populaires italiens. Composé de deux livres et d’un disque compact réunissant près de 20 enregistrements de spectacle, il retrace les multiples facettes de son oeuvre. La première partie, « Il canto necessario » (le chant nécessaire) est un hommage biographique de l’ethnomusicologue Ignazio Macchiarella. Il raconte ses années de formation classique (diplômée de guitare, elle se destine à une carrière de concertiste), son entrée dans les milieux intellectuels romains et la rencontre fondatrice avec Pier Paolo Pasolini qui l’initie aux musiques populaires, ses incessantes et abondantes recherches et son travail d’interprète et de compositrice talentueuse. Durant ces années, Marini est aussi une pédagogue passionnée. Avec ses élèves de Rome et de Paris 8, elle effectue de nombreux voyages en Sicile, en Sardaigne et dans le reste de l’Italie, à la découverte des répertoires populaires. C’est cette expérience qu’elle retrace dans la deuxième partie de cet ouvrage, intitulée « Raccontar-cantando. Cantare viaggiando » (Raconter en chantant. Chanter en voyageant). Les récits de voyages donnent lieu à des descriptions ethnographiques, ponctuées d’anecdotes savoureuses et d’analyses précises. Enfin, Giovanna Marini dédie un chapitre à répondre aux nombreuses questions de ses élèves sur un pan d’histoire sociale de la musique qu’elle a connu de près. Grande interprète, Giovanna Marini est aussi une conteuse de grand talent. Cet ouvrage donne la part belle aux « racconti », ces récits qui ponctuent les cantates et autres récitals. Regards croisés, hommages, narrations de spectacles, récits d’expériences et témoignages d’amis retracent l’oeuvre riche et puissante de Giovanna Marini…


LE SENS DU SON

Musiques traditionnelles et expression populaire Après son monumental dictionnaire thématique des Musiques du Monde (Fayard, 2002), Etienne Bours nous invite cette fois dans une quête passionnante, celle du « Sens du son » dans cet ouvrage. Il cherche ici à éclairer le contexte dans lequel les musiques traditionnelles sont produites, à relier leurs contenus et leurs formes à leurs fonctions et à leurs pratiques. Cet écrit s’inscrit, de façon sous-jacente, dans une démarche quasi politique, en refusant les logiques de globalisation ou d’uniformisation, et en nous invitant à prendre une autre voie : celle de la recherche de sens et, par voie de conséquence, à celle du questionnement et de la prudence. Ainsi, « découvrir les musiques des peuples de la terre, c’est écouter une multitude d‘expressions différentes et vouloir sauvegarder cette diversité aussi longtemps qu’elle aura un sens. » (p. 11, Sylvain Trébucq) Formellement ou de façon plus indirecte, l’auteur remet sur le métier les notions clés qui ont nourri la réflexion sur les musiques traditionnelles et les musiques du monde depuis ces quarante dernières années, avec une bienveillance et une finesse d’analyse qui méritent d’être soulignées, ainsi de la tradition et des sociétés traditionnelles, des musiques dites ethniques ou du métissage, … Il n’y a -bien entendu, le contraire eût été étonnant- aucune trace « d’exotisme déplacé » dans ce livre qui constitue également un voyage musical sans frontière, dans ce qu’il prend appui sur des traditions diverses. Des chants des émigrants siciliens aux premiers tangos de Buenos Aires ou aux musiques mandingues, en passant par les enregistrements de machines à traire réalisés par la Talvera en Aveyron, la diversité fait sens -justement- dans le propos développé par Etienne Bours, notamment au travers de son souci manifeste et permanent de remettre en contexte, d’interroger la signification du moindre couplet de chanson utilisé, et de relier le particulier à l’universel sans démagogie. Et si l’on ne pénètre pas de façon pointue les différentes formes musicales sur lesquelles l’auteur prend appui pour étayer son propos, cet ouvrage nous invite de façon parallèle à l’écoute ou à la réécoute de traditions musicales d’une richesse inouïe. D’ailleurs, le travail effectué sur la citation des sources et leurs mises en contexte peut, par bien des aspects, constituer un bon guide de constitution de discothèque. Ce livre est une véritable invitation à l’ouverture, un appel à écouter ces musiques et à saisir leur profondeur. On pourrait destiner sa lecture à l’amateur en quête de regards neufs ou aux professionnels du secteur culturel, tant il peut être un outil de pensée constructif dans la réflexion précédant toute « utilisation » de ces musiques, notamment dans le secteur de la diffusion. Au-delà, et comme le rappelle la préface de Jacques Vassal, c’est à « un véritable débat de société qu’il nous convie » tant le thème de cet ouvrage et les problématiques qui le traversent sont au coeur des enjeux actuels de nos sociétés. Et l’accélération des échanges de signes et de formes qui caractérise notre période, par la montée en puissance d’une mondialisation pas toujours maîtrisée, peut, ici, trouver du sens ou tout du moins, une façon de l’interroger. C’est tout ce qu’on souhaite aux lecteurs de cet ouvrage remarquable… Le sens du son [Texte imprimé] : musiques traditionnelles et expression populaire / Étienne Bours ; préface de Jacques Vassal. - [Paris] : Fayard, impr. 2007 (12-Millau : Impr. Maury). - 1 vol. (473 p)


4810


Cultures et société en Rhône-Alpes Revue trimestrielle n°1, édit. Glénat 4810, tel est le titre de ce nouveau magazine trimestriel rhônalpin. S’il en faudra davantage pour ancrer la nouvelle et officielle altitude du toit de l’Europe, nous saluons cette initiative de créer une publication consacrée aux thématiques cultures et société en Rhône-Alpes. Sur la forme, on y trouve le style et la qualité -de papier, de photographie...- qui sont sans conteste la marque de fabrique des éditions Glénat. Sur le fond, même s’il est un peu prématuré d’apprécier à sa juste et probable valeur la qualité de cette édition, le choix d’entamer l’aventure de 4810 en traitant de la question de l’identité (en Rhône-Alpes), est plutôt bien vu, surtout quand on titre son premier numéro “IDENTITÉ(S)” avec un “S” signifiant. En choisissant de partir d’un mot, évocateur et ambigü, pour chaque numéro, Philippe Meirieu, conseiller éditorial, fait le pari “d’ouvrir des possibles, de jouer sur les contrastes, de faire émerger les convergences inattendues...”. L’identité plurielle de ce premier numéro s’accomode parfaitement de ces balises éditoriales. Autour du mot “identités”, 4810 réunit à la table des discussions chercheurs et scientifiques, écrivains, artistes et politiques et autant de regards, d’angles d’analyse que les statuts des convoqués peuvent le suggérer, en évitant le consensus mou façon “ficelé d’avance” mais dans un dialogue constructif et ouvert. Ce numéro ne fera pas de son lecteur “un bon rhônalpin pure souche”. Il fera peut-être mieux, en l’invitant à déplacer cette notion d’identité peut-être trop souvent construite autour d’un affirmatif “je suis...” aussi figé qu’illusoire, dans un espace d’interrogation nécessairement perpétuel de ses rapports au territoire, au temps et à autrui.


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75