Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > ressources > musiciens du maghreb à lyon > traduction des paroles
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Traduction des paroles

1- ZITOUNI. Algérie, Saint-Fons : "Ya Bent el Khala"
("Ô cousine")

Ô Cousine, sers-moi à boire (refrain 3 fois)
Ô fille du peuple arabe
Je suis encore si jeune et tu me fais souffrir
Ô fille du peuple arabe
Nassima, mon coeur souffre à cause de toi
Tu hantes mon esprit, pourquoi m’en cacher
C’est ainsi !
Ô cousine, sers-mois à boire, je me sens bien
Te souviens-tu des endroits
Que nous avons parcourus ensemble
Alors que l’oiseau chantait sa chanson
C’est ainsi !
Ô cousine, sers-moi à boire
Je souffre
Ô cousine sers-moi à boire !


2- HAMED BEN BOUCHAIB. Maroc, Vénissieux
"Barbari", Instrumental de oud.


3- MOHAMED MAHDI . Algérie, Grenoble : "Ya Zitouni"

Ya la la la ni
Ah ya la la ...
Une jeune fille s’aventure à aimer ! (3 Fois)
Refrain
Ya la la la ni
Ah ya la la ni
Que dure votre impétuosité
Ô zélés de Dieu
Que dure votre impétuosité
Et que la fête continue
Les coeurs sont avec vous
Refrain
Ô félicité, Ô bienheureux, Ô béatitude ! (2 Fois)
Ô béatitude, tout est question de destin et volonté de Dieu !
Refrain
Et la voila, en tenue de bain, sortie du hammam
apparaît la pantoufle de bain de celle qui ne cesse de m’ennivrer
Refrain
Ô félicité, Ô bienheureux, Ô béatitude !
Ô béatitude, tout est question de destin
et volonté de Dieu
Refrain
Où te trouver si je languis de toi ?
Où te trouver ?
Je t’envoie un messager
pour te ramener à moi


4. KHALED BEN YAHIA. Tunisie, Lyon. Improvisation de oud
"Taqsim ; Yali boadak".


5. SALWA AMRI et NAHAWAND. Tunisie, Villeurbanne : "Dhala mouni habeibi"

Ils m’ont causé du tort, mes amis
Ont trahi mon coeur et m’ont offensée
Refrain
Oh que ne les ai-je jamais rencontrés
Et eux même, ils n’auraient jamais dû me connaître !
Ils me connaissaient et pourtant ils m’ont fait souffrir
Ils m’ont causé du tort et m’ont trahi
Je les aimais et ils m’ont quittée
Hélas ! si au moins ils n’étaient pas de mes proches
Ils m’ont trahi alors qu’ils disaient qu’ils m’aimaient
Refrain
C’est moi la malheureuse victime
Je suis seule, exclue,
C’est moi qui me languis d’eux
C’est moi la malheureuse victime
Refrain
Les meilleurs d’entre eux m’ont toujours trahie !


6. OMAR EL MAGHREBI. Maroc, Lyon. "Goulouli hé ?
(Dites moi pourquoi ?)

Dites moi pourquoi ?
Que puis je donc faire ?

Je le supplie
mais il m’en fait voir de toutes les couleurs

Moi je n’en peux plus
Je n’arrive pas à le convaincre

Mon esprit ne peut l’oublier
Toutes, elles lui tournent autour

Je ne sais ce qu’elles lui trouvent
Celle qui veut le prendre,

Celui qui veut le prendre
Je m’en fiche ! Que le diable l’emporte !


7. MUSTAPHA AISSI. Algérie, Berbère, St Etienne : "El Waldine " (Les anciens)

Les ampoules pleins les mains
Les crevasses aux talons
Ne poussant aucun soupir
La sueur qui perle sur leurs fronts
Jour et nuit, inlassablement,
Ils parcourent les chemins montagneux.

C’est la même main qui nous a caressé
Et nous a nourri,
C’est la même main qui nous a caressé
Et nous a habillé.

Ils nous ont bercé de leurs contes
Ils nous ont plongé dans les rêves,
Ils nous ont couvé,
Protégé par les pans de leurs burnous,
Nous n’avons pas eu froid.

Dieu, béni nos aïeuls si chers
Dieu, donne longue vie aux vivants parmi eux
Refrain
Et accorde ta miséricorde à ceux qui sont morts.

Si nous sommes heureux
Ils partagent notre bonheur
Si nous sommes malades
IIs souffrent aussi.

Nous faisons les fous,
Ils se taisent et supportent
Quand ils nous voient manger,
Eux sont rassasiés
Car c’est nous leur capital

Ô toi, ma mère, ma mère
Tu es la fleur de printemps
Des enfants qui t’ont obéi
Tu es un trésor inestimable
Tu es la lumière éclatante.
Tu es le guide, toi mon père.
Refrain
Permets moi de te faire des recommandations
Au sujet de ceux qui t’ont donné naissance
Permets moi de te faire des recommandations
Au sujet de ceux qui t’ont donné la vie
Surtout, prends soin d’eux
Procure leur beaucoup de biens
Accorde leur toujours plus de valeur
Ne les laisse jamais tomber
Prends les bien en charge en leur assurant
Une retraite sûre.

Du fond de leurs tombes
Ils auront les meilleurs sentiments, à ton égard
Et te couvriront de bénédictions.
Tu connaîtras toujours, grâce à eux,
Le bien-être et la paix
Grâce à eux tu seras sauvé de la faim
Et loin des malheurs
Refrain


8. RABBIA S. Algérie, Saint-Chamond. Air de danse à la cornemuse mezzoued, dite "el ghidha tiluwtt" en berbère. Instrumental chawi.


9. RABAH EL MAGHNAOUI. Algérie, Lyon : "Elle li dartih "
(Ce que tu m’as fait)

Comment peut-on confondre le doré et le bas de gamme ?
Et pourtant tu m’étais si chère !
Elle s’était toutefois trahie par ses paroles grossières
Quand elle parlait trop
Elle devenait vulgaire
Et ne pouvait cacher son état d’ébriété
Malgré le recours à l’encens
Ou encore au taleb
Voyez ce que fait la sorcellerie !

Ce que tu m’as fait, ce que tu m’as fait
Je ne l’oublierai pas
Refrain
Ce que tu m’as fait, Ô folle
Dieu, personne ne l’oubliera
Oh madame, je suis arrivé, étranger
Je jure que je ne l’oublierai jamais
Refrain


10. ZITOUNI. Algérie, St Fons : "Wa Lech Rouh "
(Pourquoi partir ?)

Pou, pou, pou, pourquoi partir ?
Pou, pou, pou, pourquoi encore revenir ?
Pourquoi cacher mon chagrin ?
Les amis m’ont trahi
Et ma famille aussi
Advienne que pourra
Ce qui doit arriver arrivera
Je m’en fous !

Pourquoi, pourquoi tourner en rond ?
Celui dont le coeur est blessé,
Pourquoi doit il encore s’en cacher ?
Refrain
Pourquoi, pourquoi tourner en rond ?
Celui dont le coeur est blessé,
Pourquoi devrait-il revenir encore ?

Mes amis m’ont trahi
Ainsi que mes proches
Advienne que pourra !
Ce qui me tourmente
Je ne vais plus m’en préoccuper
Écoute, écoute et rends toi compte
Écoute mes paroles,
Ya, ya, ya, ya ...
Refrain

Je jure mes grands dieux
Que cela ne m’arrivera plus
Si l’amour fait tant souffrir
Je ne veux plus en entendre parler !
Refrain


11. MOHAMED MAHDI. Algérie, Grenoble : "Prélude Sika".
Extrait d’une suite arabo-andalouse.

Mon esprit erre et s’emplit de mille tourments
Et j’ai dit à mon coeur
Assez de nier l’évidence
Arrête de penser
Soulage mes souffrances
Et délivre moi de cette possession
Seul Dieu puissant me punira
Ou me maltraîtera


12. MUSTAPHA AISSI . Algérie, Berbère, St Etienne : Arrach n’octobre
(Les enfants d’octobre). Référence aux événement d’Octobre 1988 en Algérie

Pleurent les rues qui les ont élevé
Un jour, ils se sont exilés en force,
Ils ont tant attendu, tant patienté !
Refrain
Vous leur prêtez attention
Maintenant qu’ils sont morts

A quoi sert de vivre dans un pays
Où n’existe pas le Droit ?
Ils sont morts dans la rue,
Seul endroit qui leur était réservé

A quoi bon le savoir quand
On baigne toujours dans le tourment
Lassés de l’injustice
Ils ne croyaient plus en la paix
Ils mangeaient des yeux
Mais les ventres étaient vides
Pieds nus, ils marchaient
Entourés de mépris, ils vivaient
Refrain

Présents ou exilés
Personne ne daignait les regarder
Dans leur propre pays,
Ils étaient étrangers.

Quant à vos enfants,
Pourtant bien rassasiés
Nous constatons aujourd’hui leur déchéance,
Ils passent leur temps à tout détruire
Ils n’ont rien épargné
Ce sont vos héritiers,
Comment voulez vous
Que l’Algérie progresse ?
L’ Algérie hurle,
Elle a perdu la tête
Aux cris de ses enfants
Qui sont assassinés

Les pays étrangers se sont indignés
Et ont condamné le pays
Qui tue des innocents
Sont-ils de vrais musulmans comme ils le prétendent ?

Pleurent les mères
Qui ne comprennent pas
Pourquoi elles ont enfanté
Pourquoi vous avez tué leurs enfants
Refrain


13. KHALED BEN YAHIA . Tunisie, Lyon : Yasmina

Aaaaaa Lili yali aaa li
La passion ardente qui m’habite
Fait que je viens vers toi
Te dédier une chanson
Pour toi, unique au monde.
Mais tu me blesses par ton silence
pour peu tu m’a oublié
Nos coeurs sont ils si loin ?
Pourquoi cela, Ô douce Yasmine
Pour toi seule je suis venu chanter
Et ton indifférence bouleverse mon coeur
Pour toi, unique au monde,
J’ai chanté la joie et la tristesse
Pour toi, Ô douce Yasmine


14. OMAR EL MAGHREBI. Maroc, Lyon : "Ma lhanina"
(Maman chérie)

Laissez moi, laissez moi, laissez moi
Ô mon Dieu, ne me saôulez pas
Mes yeux pleurent la séparation
D’avec mes amis
Refrain
Mais celle que je languis le plus
Cest ma mère chérie
J’en souffre encore plus

Tendre maman, je suis à Paris
Mon coeur souffre de notre séparation,
Mon esprit est troublé
Depuis que je t’ai quitté
Mes ennuis et mes chagrins
Ne font que s’accroître

Maman chérie,
Mon coeur n’est plus en paix
J’attends ta réponse
Pour panser mes blessures

Je me suis entiché de Paris, Maman
Je fréquente les cafés
Je ne me suis ni marié, ni fait des enfants

Refrain

J’ai quitté mon pays
J’ai quitté mes amis,
L’ exil dure
Et mes tourments augmentent
De l’exil ma mère, moi, j’en ai marre
Les ennuis ne cessent de se multiplier
J’ai trop supporté !

Refrain

L’exilé, ma mère
Que Dieu le ramène au pays
Qu’il voie enfin son pays
Qu’il voie ses amis
De l’exil, ma mère
Moi, je n’en peux plus
Les souffrances se multiplient
Que n’ai- je enduré !


15. RABAH EL MAGNAOUI. Algérie, Lyon : "Talmouk tebermi"
(Ils t’ont appris à rouler la cigarette)

Tu as appris à fumer
Ils t’ont appris à rouler la cigarette
Oh quel malheur pour toi !
Refrain
Ils t’ont tout appris

Tu t’es mise à apprécier la débauche et le jeu
Ah ! ils t’ont appris à rouler la cigarette
Tu as appris même à boire
Et à te droguer
Oh ! quelle catastrophe
On ne peut plus rien pour toi !

Tu as appris à fumer
Ils t’ont appris à boire
Ils t’ont appris tout, tout
Ya, ya ,ya ...

Depuis que ton petit ami t’a quittée
Tu t’es retrouvée à la rue
Oh ! ils t’ont appris à rouler la cigarette
Tu t’es mise à fumer
C’est de toi que je suis en train de parler
Oh ! ils t’ont perdue, ont gaché ta vie
Ya, ya ,ya ...

Oh ! bois plutôt des boissons sucrées
Et change de moeurs !
Refrain



logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75