Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > ressources > les chants de la soie > le paysage de la soie
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Le paysage de la soie

LE PAYSAGE DE LA SOIE

Les mûriers
Silhouette trapue au coin de l’aire, hérissée de fines branches dénudées bien avant les chutes d’automne : c’est le mûrier dont on a ramassé la feuille pour les dernières chèvres ou pour les lapins. On est fier de l’arbre que ne connaissent pas les gens de passage. Son ombre est douce sur le seuil ou en bordure des terrasses qu’il occupe avec la vigne. Il lui fallait une bonne génération pour bien produire : "Olivièr de mon grand, amorièr de mon paire, vinha de ièu, endè vos, crebarai pas de fam" disait le proverbe ("olivier de mon grand-père, mûrier de mon père, vigne de moi-même, grâce à vous je ne crèverai pas de faim").
Le mûrier poussait partout : : "Au bord des chemins comme dans la cour des mas ; dans les riches plaines de Vallon ou de Saint-Just, comme dans les faysses des Cévennes ou les failles des bancs rocheux des Gras ; au bord des terres à céréales, au milieu des vignes et des prairies ; ou le long des chenevières, ou bien encore en belles plantations ordonnées "(G. Massot).
Chaque printemps, début avril, on guettait le gonflement de ses bourgeons pour mettre la "graine" de vers à soie à éclore. C’était le signal du début de la saison. La feuille se "trayait" à la main et se recueillait dans la saqueta. Entièrement dénudé pour les vers, l’arbre généreux repoussait et ce regain mis à sécher servait de nourriture pour les chèvres l’hiver. "Cet arbre-là, c’était de l’or pour le pays". A l’heure actuelle, seul son feuillage le signale encore lorsqu’à l’automne il éclabousse de lumière les coteaux embroussaillés ou les vallons déserts.

Les magnaneries
Si un coin de grange ou une pièce d’habitation suffisaient amplement dans les Boutières à l’élevage modeste que conduisait presque chaque ferme, des magnaneries ont été construites en grand nombre au siècle dernier, dans la Cévenne et en Bas-Vivarais. On agrandissait ces magnaneries au fur et à mesure qu’on gagnait de l’argent avec la soie. Les maisons étaient souvent réhaussées d’un étage et la magnanerie installée directement sous le toit, avec de rudimentaires cheminées d’angle pour chauffer ce qui était inchauffable en cas de mauvais temps. Jusqu’au début du 19ème siècle, le dévidage des cocons et le filage de la soie s’effectuaient artisanalement chez les paysans. La chaleur et l’odeur qui accompagnaient ces opérations ont amené les habitants du sud de l’Ardèche à concevoir des terrasses couvertes (couradous ou fialages), ouvertes sur l’extérieur par des arcades pour que la fileuse soit à l’abri du soleil et des intempéries, tout en travaillant en plein air. Ainsi furent modifiées la configuration et l’architecture de certains villages, certains hameaux.

Le ver à soie
Une once, c’est 30 grammes de graines (oeufs), donc 40 000 oeufs, 1m2 à l’éclosion, 60m2 après la 4ème mue, environ 2000 kilos de feuilles pour la nourriture des vers. Le ver, qui subit quatre mues, atteint 10 000 fois son poids initial en moins d’un mois. Un cocon donne de 1000 à 1800 mètres de soie.
La production en Ardèche
1850 : 3 500 000 kg de cocons (apogée de la production)
1857 : 550 000 kg de cocons (maladie, la pébrine)
1900 : 2 000 000 kg de cocons (Ardèche second département producteur après le Gard qui produit 2 400 000 kg)
1957 : 50 000 kg de cocons.



logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75