Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > > lettre d'information n°45. p... > lettres d'information > chiens et soufflets
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Chiens et soufflets

Entretien avec Jean-Louis Chalard et Jérôme Liogier Originaire de la Haute-Loire, le groupe Chiens et Soufflets est né de la rencontre entre quatre jeunes musiciens (Étienne Brochier et Jean-Karim Guillemet à l'accordéon diatonique, Olivier Fournel et Jéròme Liogier à la vielle à roue) au sein du CDMDT 43, Centre Départemental des Musiques et Danses Traditionnelles en Haute-Loire.

C'est en 2000, après le départ d'Étienne que le groupe cherche à s'agrandir. Il rencontre quelque temps après Christian Ville (batterie et percussions) et Jean-Louis Chalard (contrebasse) pour amorcer une nouvelle session de travail dans l'élaboration d'un nouveau concert et peut-être d'un nouveau CD
CMTRA : Nous connaissions l'excellent premier album de Chiens et Soufflets que vous avez réalisé avec Jean-François Vrod autour du répertoire auvergnat. Que peut-on attendre de cette nouvelle formation?

Jean-Louis : La base du groupe reste sous une forme traditionnelle de la région car on retrouve deux vielles à roue et un accordéon diatonique. À cette forme traditionnelle se sont rajoutées les percussions (plutôt que la batterie) et la contrebasse, qui ne sont pas des instruments en rapport direct avec la tradition au sens strict du terme, mais qui sont des instruments actuels. Tout en gardant l'originalité du répertoire auvergnat, l'idée était de se renouveler en rajoutant une dimension peut-être plus actuelle ou en tout cas en prise avec ce que l'on peut écouter et entendre ailleurs. Rajouter une dimension rythmique de tournerie au sens du jazz.

Jérôme : L'idée était donc de renouveler le répertoire mais aussi la musique puisqu'en fait, cela fait cinq ou six ans que nous avons un vrai nouveau public dans le milieu trad, qui est de plus en plus jeune et qui vient assez régulièrement dans les soirées. Et même si les jeunes aiment cette musique, ils réclament tout de même des références actuelles. Cette attente correspondait aussi à notre état d'esprit car nous jouons de la musique traditionnelle mais nous écoutons évidemment d'autres genres musicaux.

Jean-Louis : Je vais parler au nom de la rythmique. Je crois que nous apportons une dimension nouvelle, pas seulement par l'orchestration car je trouve que c'est souvent secondaire mais par la façon dont les personnalités s'investissent dans le groupe. Avec le batteur nous avons beaucoup pratiqué le jazz et l'improvisation, nous mettons donc ce savoir au service d'une musique traditionnelle, ce qui n'est pas si courant que ça pour ce qui est de la musique traditionnelle auvergnate. Nous vivons tous en Haute-Loire et le fait de mélanger ces influences n'est donc pas un hasard. Concernant votre prestation scénique, pensez-vous plutôt vous orienter vers une formule bal ou une formule concert?

Jérôme : On continue toujours à faire du bal et du concert, mais toutes les répétitions que nous avons faites à cinq sont basées sur la formule de concert. On a repris certains morceaux du premier CD, les morceaux que nous avions rajoutés en dernière minute par rapport au concert live et que nous n'avions pas l'impression d'avoir complètement exploités.

Concernant le répertoire, on nous classe souvent dans le répertoire de Haute-Loire, alors que nous travaillons surtout autour du répertoire du Puy de Dôme, des Auvergnats de Paris et du Cantal comme beaucoup de musiciens en Haute-Loire. Pour parler de répertoire spécifique, il faudrait nous plonger dans les collectages. Même si ceci se fait lentement mais sûrement, pour le moment, nous avons plus envie de composer et de travailler autour du concert bien que la formule du bal soit toujours autant d'actualité. En fait, étant donné que la musique n'était pas, au départ, notre métier, nous avons plutôt l'habitude de répéter "pour le bal pendant le bal".

Jean-Louis : Avec Christian, nous apportons une dimension rythmique différente sans nuire à la pulsation de la danse. C'est comme une strate qui se rajoute par rapport à la musique traditionnelle. Du coup les danseurs s'y retrouvent. Le plaisir de cette nouvelle rythmique avec les instruments traditionnels réside dans le fait que l'on peut inventer sans perturber la danse. Ce qui n'est pas mal pour Christian et moi car nous avons commencé par le bal, mais à l'époque où il fallait se taper tous les standards de la radio.

Aujourd'hui on peut faire danser des gens sur des choses que nous avons envie de défendre et ça c'est très agréable. Le CDMDT 43 fait un gros travail au niveau de la formation depuis plus de 10 ans et travaille également autour de différentes créations. La dernière en cours s'intitule " Du Vent dans les Dentelles ". Je crois que ce projet a été un élément moteur dans la mise en place de votre nouvelle formule à cinq.

Jean-Louis : Effectivement c'est un projet où nous avons pu nous retrouver car le trio Chiens et Soufflets était engagé pour faire la partie traditionnelle, Christian Ville et moi avons été engagés avec d'autres musiciens pour apporter le côté jazz. Ce projet a donc motivé notre envie de jouer ensemble par ailleurs. Car nous sommes arrivés sur scène avec un vrai projet et cela nous a permis de voir ce que l'on pouvait faire ensemble.

Jérôme : Les rencontres humaines se sont faites avant mais les rencontres musicales se sont faites effectivement sur le spectacle " Du Vent dans les Dentelles " qui mélange également jazz et traditionnel. Le public rhônalpin pourra découvrir votre nouvelle formule lors du concert bal organisé par le Cri de la Bouilloire à Saint Laurent d'Agny. Mais avez-vous par ailleurs un projet de disque ?

Jean-Louis : Pour l'instant il faut que l'on rôde l'affaire, il faut qu'on fasse connaître notre musique en dehors de la Haute-Loire. On s'inscrit plutôt dans une démarche où l'on ne pense pas tout de suite au disque. Nous allons essayer des choses, on va les jouer et les tourner dans tous les sens et peut-être que dans l'année nous pourrons envisager de faire un CD. Après il faut trouver la structure qui va nous donner les moyens de le faire et pas seulement pour le vendre aux copains.

Jérôme : Il est vrai que nous n'avons pas trop abordé la question pour l'instant, mais tous les trois, nous avons une première expérience de CD où nous avions enregistré notre répertoire de concert, et nous l'avons fait après avoir tourné pendant deux ans avec ce répertoire. C'est à la sortie du CD que nous avons commencé à jouer à l'extérieur de la région. C'est également durant cette période que nous avons eu envie de changer de formule. Ça a donc été un peu difficile. Nous n'avions plus envie de faire la même musique mais les gens nous contactaient pour cette musique-là. De mon point de vue, je serais donc d'avis de ne pas trop tarder pour enregistrer.

Jean-Louis : Il faut que ce soit mûr mais pas trop. C'est donc un juste équilibre à trouver. Propos recueillis par M.P. Concert Bal de Chiens et Soufflets samedi 4 mai 2002

Saint-Laurent d'Agny (69)

Salle des fêtes, 20h30

Rens. 04 78 19 33 84 "Du vent dans les dentelles" samedi 27 avril 2002

Billom (63)

Rens. CDMDT 43 04 71 02 92 53 samedi 18 mai 2002

Saint-Flour (15)

Festival des Hautes Terres

Rens. 04 71 60 22 50 Contact

Chiens et Soufflets

Tél : 04 71 03 64 61 / 06 10 76 24 61

06 81 10 53 64 CDMDT 43

Tél : 04 71 02 92 53


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75