Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > > lettre d'information n°45. p... > lettres d'information > le chant des montagnes
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Le chant des montagnes

"Les échos de Pointe Percée" mettent en place une semaine pédagogique dédiée aux musiques des montagnes du monde. Entretien avec Nicolas Perrillat, directeur de l'école de musique du Grand Bornand et chef de l'harmonie "les échos de Pointe Percée". CMTRA : Qu'est-ce que le Chant des Montagnes ?

Nicolas Perrillat : Le Chant des Montagnes est un projet porté par l'Harmonie du Grand Bornand dont je m'occupe, et s'inscrit dans un contexte large, notamment le milieu scolaire et l'école de musique.

L'idée était de monter un projet fédérateur sur le plan identitaire, et qui remette en jeu nos pratiques musicales amateurs, sur le fond et l'organisation. Non pas pour bousculer, mais pour dynamiser nos modes de fonctionnement. Pourquoi avoir choisi la Montagne ?

La quarantaine de musiciens qui compose l'Harmonie (moyenne d'âge : 21 ans) avait envie de monter un projet ancré dans une localité, mais en même temps avec un esprit d'ouverture. Le meilleur moyen pour y arriver n'était pas forcément de travailler uniquement sur les traditions musicales ou la notion de folklore, qui souvent servent de " glorification " d'identités particulières, mais de prendre plutôt un thème général, capable de renforcer et de mettre en valeur la richesse des diversités d'expression.

Le Grand Bornand étant bien ancré dans un paysage montagnard, avec 2000 habitants et 2000 vaches, la montagne nous a paru un bon thème pour faire adhérer la population. Nous avons su, après avoir fait ce choix, que 2002 était proclamée " Année Internationale des Montagnes " par l'ONU. C'était l'occasion pour nous de ne pas rester dans une action isolée et de contacter des gens ayant des préoccupations similaires. Le Ministère de l'Aménagement du Territoire lançait un appel à projet dans le cadre de l'Année Internationale des Montagnes. Nous avons monté un dossier et obtenu le label officiel. Ce label vous a ouvert des portes ?

Le label nous a aidé à trouver des partenaires financiers, mais il n'ouvre des portes qu'aux gens qui enfoncent les portes Le plus important pour nous était le fait que les gens de l'harmonie soient porteurs du projet, et acteurs de cette initiative à tous les niveaux. Il y a eu un investissement de leur part au niveau de l'organisation, mais aussi au niveau artistique. Nous souhaitions réaliser un projet qui soit le reflet d'une vitalité musicale à un moment donné.

On peut déplacer la forme du projet, mais le fond n'est pas exportable, et c'est cette idée qui me plaît. Il y a des actions qui n'ont de sens que par rapport à un lieu déterminé. C'est l'inverse d'un produit musical mercantile. L'action musicale se situe dans un enjeu social. Quels sont vos axes de travail ?

" Le Chant des Montagnes " est avant tout un projet à forte dominante pédagogique, ce n'est pas un festival. Depuis le mois de septembre 2001, nous avons mis en place un certain nombre d'ateliers encadré par des spécialistes : un travail autour des compositeurs qui se sont inspirés du thème de la montagne, un atelier de chant traditionnel sur les pratiques vocales des Alpes, un atelier " ethnosonore ", en lien avec l'ensemble Phaeton Dernière Danse, qui travaille dans le domaine des paysages sonores. Qu'est-ce que vous entendez par " paysage sonore " ?

C'est par exemple tout le travail inspiré de compositeurs comme Murray Schaeffer, dans les années 70, sur l'environnement sonore. Notre atelier " ethnosonore " a pour objectif de réaliser une pièce musicale, à partir d'un thème et d'enregistrements sonores, par rapport à la montagne et au Grand Bornand. Cinq musiciens de l'Harmonie participent à cet atelier. Ils ont fait le choix de travailler sur des thèmatiques différentes : la vache, les fées, le thème de l'eau, le portrait d'un passionné de montagne, et " la couleur du patois ".

Quand on parle de montagne, on retombe souvent dans des images-cliché, mais qui correspondent cependant à des " empreintes " réelles. Dans le cadre de cet atelier, nous avons fait des collectages. La notion de collectage va au-delà de la simple récupération de témoignages, mais touche aussi à l'environnement d'un quotidien, au sens large. On travaille donc avec du matériel numérique, et à partir de nos " sources ", nous réalisons des pièces radiophoniques grâce aux nouvelles technologies de l'informatique musicale. Alain Basso et Olivier Toulemonde encadrent cet atelier.

Nous avons également passé des commandes à des compositeurs, invité des gens à travailler avec nous et nous faire travailler. Tout cela va déboucher sur une semaine " le chant des montagnes " au mois d'avril, et qui sera l'aboutissement de tout ce que nous avons entrepris depuis le mois de septembre 2001. Ce projet demande un investissement important aux gens de l'Harmonie, et qui est plutôt inhabituel pour ce genre de formation ?

J'en demande beaucoup, mais il faut être réaliste, sincère, et respectueux des personnalités. On ne peut pas demander le même investissement à tout le monde. Chacun s'est impliqué à sa manière, selon ses affinités, et ses centres d'intérêt, que ce soit sur le plan artistique, au niveau de l'organisation, ou pour le côté administratif. Je souhaite qu'à la fin du mois d'avril, chacun puisse se dire que si le projet a abouti, c'est parce que chacun a apporté une petite pierre. Nous ne manquerons pas d'évaluer la portée de ce travail.

Et puis en fin de compte, plus on en demande, plus ça répond ! Cela demande une énergie considérable, mais mon rôle est de faire aboutir le projet à son terme, et surtout, que celui-ci soit déclencheur d'idées et d'envies nouvelles, qu'il suscite le goût de la découverte et développe une rigueur musicale. Pouvez-vous nous parler du programme de la semaine du 6 au 14 avril?

Le 6 avril, nous enregistrons en direct une émission de radio, " Le kiosque à Musique " qui existe depuis 30 ans sur la Radio Suisse Romande 1ère, autour du répertoire des " musiques des montagnes ". Nous allons jouer, par exemple, avec l'Harmonie, un poème symphonique qui décrit le lever du soleil sur la pointe du Cervin.

Nous voulons explorer le thème de la montagne dans tous les sens, et notamment, par le biais de cette émission, montrer comment ce thème a été exploité par la musique " classique " ou les musiques traditionnelles. D'autres groupes participent à cette émission.

L'Estudiantina d'Annecy (ensemble de mandolines), le groupe Klej'Zema, (musique roumaine et macédonnienne), un duo lyrique chant-piano et la Société Musicale, (fanfare qui jouera un répertoire de valses et polkas).

Le 7, j'anime une conférence sur les chants traditionnels de l'Arc Alpin, en donnant plusieurs exemples musicaux, issus d'enregistrements divers. Le vernissage des expositions aura lieu le même jour.

Le 8, nous diffusons le documentaire " les Alpes en musique ", du réalisateur Gilles Perret. Ce film retrace le parcours de Jean-Marc Jacquier, qui travaille depuis les années 70 dans le domaine du collectage des musiques et chants traditionnels des pays alpins. Il a été le déclencheur de nombreuses actions, et je fais partie des personnes qui ont pris conscience, grâce à lui, entre autres, de l'importance de travailler sur la notion de transmission d'un héritage culturel. Le film montre son parcours avec les musiciens qu'il a rencontré, en Suisse dans le Valais, et en Italie dans le Val d'Aoste ou le Piémont.

Le 9, nous organisons une soirée " Musiques nouvelles ­ Montagnes imaginaires ", avec l'ensemble Phaeton Dernière Danse, dont je suis membre, et qui crée à partir d'" empreintes sonores ". Il y aussi bien du traitement sonore en direct avec des machines de musique électronique sur scène, que du chant, de l'accordéon C'est une sorte de " peinture sonore ".

Les musiciens de l'harmonie participent à l'élaboration de cette soirée musicale parrainée par France Bleu Pays de Savoie. Guy Chaumereuil, son directeur, nous a fourni toutes les archives sonores sur la montagne que possédait la radio, ce qui représente un fonds fabuleux, qui pourrait d'ailleurs intéresser le CMTRA, et que nous allons valoriser. Il a suivi beaucoup d'expéditions au Népal, et possède des enregistrements exceptionnels de chants d'enfants népalais. Nous essayons de mettre en place un duplex avec France Bleu Pays de Savoie qui sera au Népal toute la semaine, même si pour le moment cela semble incertain en raison de la situation très préoccupante du Népal ces dernières semaines.

Le 14 avril aura lieu le concert final avec des musiciens invités, en provenance de la région Rhône-Alpes, de Suisse et d'Italie (Val d'Aoste). L'idée est de croiser les différentes approches de la montagne, avec des musiciens issus de pratiques musicales très différentes : classiques, traditionnelles, musiques émergentes. Autour de l'harmonie, viendront se greffer le trio Cor'Alpes, les Trouvers Valdotèns, Montferrine, Jean-Marc Brouze, Yannick Vandini, l'ensemble Phaeton Dernière Danse, le Percussive Trio Pour concevoir ce concert original, j'ai eu l'appui de Christian Abriel pour ses conseils musicaux. J'ai demandé à Alain Basso d'assurer un rôle de conseiller artistique. La mise en espace a été confiée à Alain Benzoni, directeur du Théâtre de la Toupine. Ce concert sera le point culminant de notre démarche. Vous avez aussi réalisé des expositions en lien avec la partie musicale du projet ?

Nous avons une exposition de photos, résultat d'un concours lancé au mois de novembre sur le thème " Musique des montagnes : bruits et ambiances sonores ". Nous avons demandé aux participants de réaliser un cliché qui évoque ou relate un environnement sonore particulier, avec un titre ou une légende. L'objectif est d'avoir un regard sur la montagne qui nous donne à entendre, c'est pourquoi nous avons intitulé l'exposition : " l'il écoute la montagne ". Nous avons aussi une exposition d'instruments des musiques des montagnes du monde, avec un raisonnement par massifs : Alpes, Andes, Himalaya, Atlasdans laquelle figurera une collection d'instruments du Népal et du Tibet, importés pour l'occasion.

Il y a aussi une exposition sur la Pointe-Percée, sommet emblématique du massif des Aravis, ainsi qu'une réunion de textes d'auteurs sur notre vallée, intitulée " La vallée de Thônes vue par les auteurs ". Enfin, nous proposons un espace disque Harmonia Mundi-CMTRA, où le public pourra se procurer des disques de musiques des montagnes qu'on ne trouve pas partout. Comment avez-vous fait les choix artistiques du " Chant des Montagnes " ?

Nous avons privilégié un travail de terrain, pas forcément " visible ". Le choix des intervenants s'est fait en fonction des compétences qu'offre chaque artiste invité, avec le souci constant d'être certain de pouvoir évoluer dans un climat de confiance et de convivialité. Le Chant des Montagnes est ouvert à tout public, nous avons voulu proposer des manifestations accessibles à tous, sans pour autant tomber dans une facilité artistique. Propos recueillis par P.D.J. Samedi 6 avril

de 11h à 12h30

Emission " le kiosque à musique " sur Radio Suisse Romande Première, en direct du Grand Bornand Dimanche 7 avril

à partir de 17h Conférence sur les chants traditionnels savoyards et les musiques traditionnelles de l'Arc Alpin (17h-18h)

Vernissage officiel des expositions (à partir de 18h30)

Remise des prix du concours photo Lundi 8 avril

Diffusion du film documentaire " les Alpes en musique ", du réalisateur Gilles Perret, autour de Jean-Marc Jacquier (commande du service culturel de France 3, " Diable d'Or" au festival du film alpin des Diablerets en 2001) Mardi 9 avril

20h30

Soirée " Musiques nouvelles, Montagnes imaginaires " avec l'Ensemble "Phaeton dernièredanse", et diffusion de documentaires Dimanche 14 avril

16h Concert final, réalisé par l'Harmonie, avec la complicité de 20 artistes du 6 au 14 avril

Expositions "Chalets d'alpages" (aquarelles) "L'oeil écoute la montagne " (concours photo)

"Instruments de musique des montagnes du monde" "De l'inaccessible au jardin d'escalade : la Pointe-Percée" "La vallée de Thônes vue par les auteurs" Espace Disques Harmonia Mundi - CMTRA Contact

Office du Tourisme

BP 11 74450 LE GRAND BORNAND

Tél. : 04 50 02 78 05 / Fax : 04 50 02 78 01


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75